Ali FAIQ & Amarg Experience

Amarg Fusion & Dounia Amarg

amarg fusion et dounia amarg copie

Dounia Amarg

Alors très jeune, Ali Faiq avait l’ambition de valoriser et de promouvoir le patrimoine musical du Souss, la région du sud marocain.En ce sens, il entame sa carrière, en 1988, par la création d’un Orchestre baptisé « Dounia Amarg ». Ce dernier a réussi à réconcilier les mélodies traditionnelles et les instruments modernes pour donner au monde un ensemble de chansons incontournables. Grâce à sa richesse et sa diversité musicale, l’Orchestre a vite remporté un vif succès auprès du public.

Après vingt-quatre ans de succès qui le mènent dans de nombreuses scènes nationales et internationales, et à l’enregistrement de cinq albums musicaux ; l’Orchestre se dissout en 2002 et laisse sa place à une nouvelle troupe : « Amarg Fusion ».

AMARG FUSION

En 2002, Ali Faiq commence une nouvelle carrière par la création de la troupe « Amarg Fusion ». Comme l’indique son nom, Cette troupe musicale, première de son genre chez les amazighs, fusionne les mélodies de la région du Souss et la musique occidentale dans sa très grande diversité.

Grâce à son style unique, Amarg Fusion a réussi à promouvoir une chanson amazighe authentique, qui s’enracine dans le sud marocain et s’ouvre vers le reste du monde. Cette fusion, qui a eu un grand succès auprès d’un très large public, a permis à Ali Faiq et sa troupe de trouver leur place sur la scène marocaine et internationale. Après une carrière très réussie, Amarg Fusion se dissout. Peu après, Ali Faiq entame une carrière solo.

CARRIERE SOLO

En poursuivant sa tâche de promoteur de la chanson amazighe traditionnelle, Ali Faiq se retourne, après la dissolution de la troupe « Amarg Fusion », vers la collecte, l’exploration et l’interprétation des mélodies des Rways. Afin d’enrichir ses connaissances de l’héritage musical, il rejoint les ténors de ce genre pour organiser des assises autour la chanson traditionnelle. Une occasion pour faire revivre ce patrimoine culturel petit à petit délaissé par la jeunesse.

Etant convaincu que la musique est un carrefour où se rencontrent différentes cultures du monde, et aussi une source de paix, de tolérance et d’inter-culturalité, le chanteur décide, en 2010, de se lancer dans une carrière solo. Il enregistre son premier album solo « Tirra s’ikwlan » (Ecriture en couleurs) dans lequel sa belle voix réussit à bien fusionner les chants du Souss avec les musiques du jazz, funk, reggae, et du rock-folk.

Ali Faiq a été accueilli, en 2012, dans une résidence artistique en Nouvelle-Calédonie, en compagnie de la formation locale INONO ENYA. Une expérience qui lui a permis à la fois de faire connaître la chanson amazighe auprès des néo-calédoniens, et de s’ouvrir sur la musique « kanak », musique traditionnelle autochtone du pays.

Poursuivant son travail de promoteur, il réaménage une maison traditionnelle de son village natal d’Ait milk, et construit ‘une maison des arts’ qui porte le nom de « Ar’Tigmmi ». Cette résidence, où se rencontrent les artistes et les musiciens pour échanger leurs expériences, reste un lieu de création et de collaboration entre les artistes locaux et étrangers.

Reste à jour!